RSS Facebook Twitter
macron merkel
 

ACTUALITES EUROPÉENNES du 25 JUIN 2018

lemodemmorbihan56@gmail.com

SOMMET MACRON MERKEL :

UN EMBRYON D’ACCORD SUR UN BUDGET DE LA ZONE EURO

C’est un succès pour  E.Macron. Cela va-t-il pouvoir relancer l’UE.? et  A Merkel ? Cette dernière, affaiblie sur son aile droite par son ministre de l’intérieur Horst Seehofer,  ne pouvait se permettre un échec : elle a enfin concédé un budget !

Oui mais de quelques dizaines de milliards ou centaines d’euros? BUDGET ZONE EUROCar concernant les montants, rien n’est encore sûr. Emmanuel Macron plaide pour « un budget à plusieurs points de PIB », ce qui équivaudrait à plusieurs « centaines de milliards d’euros », mais l’Allemagne rejette cette solution et préfère parler de « dizaines de milliards » .Le Figaro rappelle que « la question est très sensible pour les Allemands « car ces derniers sont foncièrement hostiles à l’idée de transferts« , rejetant le « financement direct des Italiens ou des Grecs avec l’argent du contribuable allemand« . Ainsi la feuille de route reste vague à ce sujet.

Ce sommet de Meseberg a acté également  « la création d’une assurance chômage européenne », « fonds européen de stabilisation du chômage » qui viendrait au secours d’un système national d’assurance chômage « en cas de crise économique grave« .

Deux autres instruments ont été mis en place pour rendre la zone euro plus résiliente face aux crises. Le premier réside dans la transformation du Mécanisme européen de stabilité (MES), afin de le rendre plus opérationnel en « cas de choc asymétrique« . Et un second filet de sécurité est prévu « dans le cadre de l’Union bancaire« . In fine, l’objectif est « de ne pas faire appel aux épargnants en cas de problème« .

L’objectif était ambitieux : le couple franco-allemand devait définir une « feuille de route » à soumettre aux « partenaires de l’UE à l’occasion du Conseil européen des 28 et 29 juin« . Le Monde rapporte la détermination du président français, pour qui ce sommet « intervient à un moment de vérité pour l’Europe ».

Ces différentes propositions risquent toutefois de ne pas susciter l’unanimité, lors de la prochaine rencontre des chefs d’état et de gouvernement européen

AUTRE GRAND THEME DE CE SOMMET FRANCO-ALLEMAND : L’URGENCE A TROUVER UN ACCORD SUR L’ACCUEIL DES MIGRANTS EN EUROPE.

Sur cette question, M. Macron « se place clairement au côté de la chancelière » qui a besoin d’un accord au plus vite pour « résoudre sa crise gouvernementale » . Car le ministre de l’Intérieur et président de la CSU, Horst Seehofer,  a lancé lundi un ultimatum de deux semaines à la chancelière sur la question du droit d’asile

Le président français veut « travailler à un accord entre plusieurs pays de l’espace Schengen pour que les demandeurs d’asile puissent être repris le plus vite possible dans le pays où ils ont été enregistrés ». D’après Le Monde, Emmanuel Macron a aussi plaidé pour « travailler davantage avec les pays d’origine et de transit ». Enfin, il a été fait mention d’une « agence européenne du droit d’asile dans le but d’harmoniser les règles en vigueur dans les pays de l’UE ». 

La Hongrie est en passe de pénaliser l’aide aux réfugiés, alors que Victor Orban ne se cache pas d’une entreprise de démolition de l’UE et s’ingénie à détrôner A Merkel.

La crise migratoire a été  ravivée par Matteo Salvini et son refus de laisser accoster l’Aquarius .Aquarius

La fracture européenne sur l’immigration a une nouvelle fois été illustrée jeudi 21 juin, à l’occasion d’un sommet réunissant les pays du groupe de Visegrád. Ce groupe informel, aussi appelé V4, réunit la Hongrie, la Pologne, la République tchèque et la Slovaquie. À Budapest, les dirigeants des quatre pays membres du groupe de Visegrád, dit aussi V4, se sont réunis jeudi 21 juin pour évoquer la question migratoire. Ils ont notamment plaidé pour un renforcement des frontières et annoncé leur « boycott » du mini-sommet européen sur l’immigration de ce dimanche 24 juin. VISEGRAD juin 18Pour Victor Orbán, c’est le président du Conseil européen« [Donald] Tusk qui est responsable de l’organisation des sommets et non pas la Commission« . On peut  relativiser  la portée de ce boycott, car ces dirigeants « n’ont jamais reçu d’invitation » à participer au mini-sommet. Ce dernier doit rassembler « une dizaine de dirigeants européens, dont le président français, Emmanuel Macron« , ainsi que ses homologues « italien, grec, maltais, espagnol, autrichien, bulgare, belge et néerlandais« . La Commission avait toutefois indiqué que la réunion était « ouverte aux autres pays européens désireux de s’y joindre »

Ce mini-sommet intervient moins d’une semaine avant le Conseil européen des 28 et 29 juin, qui réunira cette fois l’ensemble des chefs d’État et de gouvernement de l’UE.

Selon des documents obtenus par la presse allemande et cité par Euractiv, les dirigeants devraient évoquer dimanche un durcissement des contrôles « des mouvements internes des migrants au sein de l’UE, en prévoyant ‘une amende’  pour ceux qui passeraient dans un autre pays européen que celui où ils ont été enregistrés à leur arrivée« . D’après une information de l’AFP reprise par Libération, « la mise en place d’un ‘mécanisme de solidarité efficace’ avec des quotas de répartition obligatoires des migrants entre les différents pays membres » serait également discutée. « Un chiffon rouge pour les pays de Visegrád qui rejettent catégoriquement une telle initiative depuis plus de deux ans » Dans Le Monde, un diplomate s’interroge ainsi sur la « valeur d’un accord à dix pays » en l’absence notamment de la Hongrie

GRECE

L’UE ANNONCE LA FIN ODrapeau grectFFICIELLE DE LA CRISE GRECQUE, MAIS LA GRECE (ET L’EURO) NE SONT PAS AU BOUT DE LEURS PEINES

L’UE annonce la fin officielle de la « crise grecque », mais la Grèce (et l’euro) ne sont pas au bout de leurs peines

 "Après 8 ans , La Grèce voit enfin la lumière. 
Les ministres des finances de la zone euro sont parvenus, 
dans la nuit de jeudi 21 à vendredi 22 juin à Luxembourg, 
à un accord pour alléger la colossale dette grecque » titre Le Monde. 
Les ministres des Finances de la zone euro  se sont, en effet, entendus. 
Une bonne nouvelle pour le premier ministre, au plus bas dans les sondages. 
 

Il n’a pas été question d’effacer quoi que ce soit de l’ardoise, mais la période de grâce durant laquelle le pays ne paiera rien sur 40% de sa dette (96 milliards d’euros) a DETTEété allongée de dix ans. Athènes ne remboursera qu’à partir de 2032, et non 2022. Ensuite, les remboursements ont été étalés sur dix ans de plus, soit jusqu’en 2069.

 

 

 

 

 

 Et enfin ses créanciers lui ont accordé un « filet de sécurité » de 15 milliards d’euros, au cas où le retour sur le marché de la dette, prévu à compter du 21 août, soit plus compliqué qu’espéré.euros

Pour l’Union européenne, le moment est historique. Il faut dire que pendant des années l’Allemagne n’a rien voulu entendre sur le sujet. Ce serait donc ni plus ni moins que la fin officielle de la crise grecque qui empoisonne l’air depuis 2010, et qui n’a pas été loin d’emporter la monnaie unique avec elle. Alexis Tsipras a promis quelques  relèvements de certains minimas sociaux.

Le Monde titre «  la Grèce a survécu grâce au courage des Grecs et à Alexis Tsipras » Pour le commissaire européen aux finances, Pierre Moscovici, l’accord « met un point final symbolique à une crise existentielle pour notre monnaie unique, une crise à laquelle elle a survécu ».

 

Mais l’Italie et son nouveau gouvernement qui ont programmé toute une série de dépenses, ne va-t-elle pas remplacé la Grèce ?

 

L’UE AMELIORE SA LEGISLATION SUR LE DROIT D’AUTEUR ET LES CONTENUS DE MEDIA mis ane ligne par les Google and Co la loi européenne sur le copyright fait frémir le spionniers du web ;

Marine Le Pen aura toujours des retenues sur son salaire de députée européenne car La justice européenne a confirmé mardi que la cheffe de l’extrême droite française Marine Le Pen devait rembourser près de 300.000 euros

 

Cette semaine, la réforme européenne du droit d’auteur a franchi une nouvelle étape en étant approuvée par une commission au Parlement européen. Controversé, le texte pourrait changer l’Internet tel qu’on le connaît aujourd’hui.

Les dernières législations traitant du droit d’auteur dans la société de l’information datent de 17 ans et l’internet d’aujourd’hui est fondamentalement différent de ce qu’il était en 2001« , a déclaréAxel Voss, rapporteur de la directive droit d’auteur, à l’issue du vote.

Il impose aux plateformes de partage de contenus d’empêcher la publication de contenu protégé. Elles devront mettre en place un système de filtrage qui détectera si un accord existe pour la diffusion du contenu. Dans le cas contraire, il sera bloqué. Cette mesure est souhaitée par des milieux culturels et artistiques

Pour Julia Reda, députée européenne et ancienne présidente des Jeunes Pirates européens, l’avancée de cette réforme « est un jour triste pour l’Internet libre et ouvert dans l’UE ». Mais la réforme doit encore être approuvée par les députés européens.

 

HORS UE TURQUIE

 

On attend les résultats du vote du 24 juin, en Turquie, pour la réelection de Recip Erdogan où tous les partis d’opposition (sauf le parti kurde, considéré comme terroriste) ont fait taire leur division pour tenter d’infliger un second tour à Erdogan , ce qui l’humilierait, lui qui voulait un  plébiscite !

 

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
 

Les commentaires sont fermés pour cet article !