RSS Facebook Twitter
paradis fiscal
 

ACTUALITES DEMOCRATES D’EUROPE DU 28 Janvier

 

 

 

 

 

NOUVEAU SITE POUR LE PARTI DÉMOCRATE EUROPÉEN !

ppe 

Qui met en avant priorités, actualités et événements.

Nous vous invitons à le découvrir en cliquant ici : http://www.democrats.eu/fr

Pour suivre le PDE (Présidents François Bayrou et Francesco Rutelli) sur les réseaux sociaux :

 

* Twitter  https://twitter.com/PDE_EDP

* Facebook  https://www.facebook.com/European.Democratic.Party/

*Instagram  https://www.instagram.com/europeandemocrats/

 

 

« Je soutiens la proposition de créer des listes transnationales. »

 23 janvier 2018 « Je me félicite du vote intervenu ce matin en commission parlementaire des Affaires constitutionnelles du Parlement européen qui accorde à la France 78 membres aux élections européennes de 2019, tenant ainsi compte de notre réalité démographique.

 

La liUE black listste des paradis fiscaux allégée  publiée par la Commission fin 2018,  elle était déjà bien mince, mentionnant les pays «qui ne coopèrent pas, ou pas assez, dans la lutte contre la fraude et l’évasion fiscales». Or,  8 pays disparaissent de la liste (transférés sur la « liste grise » des « pays ayant pris des engagements de bonne conduite en matière fiscale et qui feront l’objet d’un suivi »). Après l’annonce du retrait de ces 8 États, « le Panama et la Tunisie se sont félicités d’avoir quitté le petit cercle des pays blacklistés », provoquant l’indignation des eurodéputés verts et des ONG », pour qui « la crédibilité de la liste noire des paradis fiscaux en sera affaiblie »

 

 

CAMPAGNE LÉGISLATIVE ITALIENNE DU 4 MARS

 «Arrêtez de promettre des miracles !», s’est exclamé le cardinal Gualtiero Bassetti, chef de la Conférence épiscopale italienne, face à la surenchère de baisses d’impôts promises par tous les partis en lice, ou presque.

La droite :  Forza Italia (Berlusconi) et Ligue du Nord) plaident pour une «flat taxe» de 23 à 15°/° (sans compter les promesses  d’abrogation de la taxe sur les résidences principales, de la vignette auto sur le 1er véhicule des familles, etc..)

Pour les retraites (en particulier la remise à plat de la loi Fornero de 2011 adoptée dans un contexte d’effondrement des finances publiques), les partis veulent, soit l’abroger (La Ligue), soit porter la retraite minimale à 1000 euros (Forza Italia).

Le Mouvement Cinq étoiles propose, quant à lui, un revenu universel de 780 euros (chiffrant à 15 milliards d’euros le coût de cette mesure, sans compter le coût de ses autres propositions : baisses d’impôts et abandon de la règle du déficit de 3/° pour soulager les classes populaires).

Seul, le parti démocrate de Matteo Renzi promeut le sérieux budgétaire,  le déficit à 2°/° du PIB, le respect des engagements européens. Moins alléchant le  programme! Résultat? Matteo Renzi est distancé dans les sondages !

 

COURSE À LA SUCCESSION DE MARIO DRAGHI À LA BCE LANCÉE


Mari DraghiFeutrée mais réelle, la course-guerre de succession est lancée et  la nomination du successeur sera décisive.

Mario Draghi s’en ira en Octobre 2019. Il a mis fin à la spéculation sur les dettes souveraines, fait tout pour sauver l’euro par rachat massif d’obligations publiques. Le vice-président, le Portugais Vitor Constancio libérera son poste le 31 mai prochain, ainsi qu’un belge et 2 Français : Benoît Cœuré,  (responsable de marché et membre du directoire), Danièle Nouy (présidente du conseil de supervision de la Banque centrale européenne, gendarme bancaire de la BCE).

Ces renouvellements, importants  pour la BCE et l’eurogroupe, nécessiteront de trouver des hommes de compétence technique et de sens politique, (avec les jeux subtils de nationalité c’est-à-dire de représentativité, de l’influence, de la politique des États). Jens Weidmann, (hostile à la politique de M. Draghi), actuel président de la Banque fédérale d’Allemagne est sur les rangs. L’Allemagne n’a jamais eu le poste de président de la BCE. Le gouverneur de la banque de France, François Villeroy de Galhau, peut être candidat  mais JC Trichet et donc la France ont déjà eu le poste….

Autre facteur: si l’Espagnol Luis de Guindos se porte vice-président, le 31 mai 2018, la présidence échoira à un pays du Nord en 2019, pour équilibrer les rapports de force. Le patron de la banque d’Irlande, Philip Lane ou Sharon Donnery, vice-gouverneure de la banque d’Irlande sont également des noms suggérés…

L’UE à l’honneur à DavosDAVOS 2018

Klaus Schwarzenegger, fondateur du sommet de Davos avait mis la Chine à l’honneur en 2017. Cette année, c’est l’Union européenne. C’est un coup de pouce

-à la reprise de la croissance économique dans l’UE,

-un désir de lutter contre les populismes et le retour aux nationalismes

-un pied de nez à Trump ?

Se sont succédés, le mercredi 24 janvier, le roi d’Espagne, le premier ministre italien, Angela Merkel et Emmanuel Macron dans un crescendo bien organisé. À retenir :-

Felipe d’Espagne pour qui l’UE n’est pas un projet extérieur mais l’expression du projet national.

-Paolo Gentile, lui, a taclé Trump : s’il est légitime de défendre son pays ( citoyens et économique), il l’est beaucoup moins de violer les règles et traités multilatéraux.

-Angela Merkel s’est attaquée au poison du populisme qui, en ce moment en Allemagne lui cause des difficultés ; elle a salué le souffle nouveau que donne l’élection d’E Macron à l’Europe.

-E Macron a prôné un libéralisme régulé et la protection sociale, mi en Français mi en Anglais.

À Davos tous ont mis l’accent sur la mondialisation à réguler et les vertus du multilatéralisme .

Armelle Séité-Salaün

 

 

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
 

Les commentaires sont fermés pour cet article !