RSS Facebook Twitter
bayrou france
 

Actualités Démocrates de France du 26 avril 2016.

François BAYROU : 

LE TOUR DE LA QUESTION  

 

 

 

itéléTirs Croisés du 20/4/2016 Le torchon brûle entre patrons et gouvernement. Pierre Gattaz menace de suspendre les négociations sur l’assurance chômage si la loi El Khomeri n’évolue pas sur des mesures et la CGPME de ne pas signer l’accord si le gouvernement surtaxe les CDD. Je pense que le gouvernement a eu immensément tort de surtaxer les CDD ? Je pense que c’est une énormité. On est entré dans cette loi dite «El Khomri» avec une idée simple : rendre plus souple le contrat de travail et baisser le coût du travail. Au final, on se retrouve avec un contrat de travail plus rigide et un travail plus cher. Alors, je dis bravo ! On a fait exactement le contraire de ce que l’on avait dit. Et c’est tellement fréquent dans l’action du gouvernement que l’on y voit un symptôme d’une incroyable faiblesse. Le patronat a-t-il raison de prendre en otage l’assurance chômage ? On ne comprend pas. Nous sommes dans un pays où 6 millions de personnes sont au chômage et on ne peut pas s’occuper de leur sort ? Le patronat dit «non, je ne m’y intéresserai pas». C’est impensable ! On rend au gouvernement la totalité du pouvoir sur l’assurance chômage. On est dans une situation d’absurdité généralisée, de laquelle il est important d’appeler le gouvernement à sortir et à réfléchir à ce qu’il propose dans la loi. Ils l’ont cherché par l’absence de préparation. Le gouvernement doit appeler le patronat à prendre ses responsabilités car il serait irresponsable de ne pas s’occuper de l’assurance chômage.

Faut-il abandonner cette idée de surtaxe des CDD ?On est en train d’intoxiquer les jeunes, de manière à les conduire dans une situation dans laquelle ils sont les victimes ! C’est une urgence de sortir de la logique de surtaxation des CDD. J’ai proposé depuis très longtemps l’idée d’un CDI à droits progressifs pour améliorer les droits des salariés en cas de rupture du contrat de travail au fur et à mesure que l’on reste dans l’entreprise. C’est ce que Matteo Renzi, premier ministre italien, a choisi. Cela a créé 300 000 emplois en quelques mois. 10 ans de combat autour d’une idée simple, pas seulement mienne : lorsque je l’ai proposé je ne savais pas que le prix Nobel Jean Tirol défendait une idée du même ordre.

Impôt sur la succession ou ISF ? Le patrimoine doit participer – et c’est justice – à l’équilibre du pays : par l’ISF dont on voit les inconvénients ou le prélèvement au moment de la transmission du patrimoine. Il me semble que ce deuxième moyen est plus efficace que le premier mais tout cela mérite des débats qui ne soient pas uniquement des débats de posture et de communication.

C’est ce que fait Emmanuel Macron, de la communication ? Il dit à peu près le contraire du gouvernement sur tous les sujets. C’est une méthode de communication qui s’appelle la triangulation !

Carte personnelle ? «après-Hollande» au cas où il serait empêché de se présenter ? Je ne sais pas. J’y verrais assez clair s’il n’était pas ministre de l’économie. Le ministre de l’économie est là normalement pour agir, pas pour parler. Je pense que sa responsabilité première serait de faire mieux marcher l’économie française. S’il pense qu’il faille supprimer l’ISF, qu’il propose un projet de loi, ça serait courageux et ferait avancer les choses ! Le combat des postures plonge la France dans des agitations intellectuelles où il n’y a pas grand nombre de citoyens qui comprend ce que l’on fait et ce qu’il se passe.

RSA jeune des 18/25 ans, est-ce de l’assistanat selon vous ? Le gouvernement sort son carnet de chèques et annonce signer des chèques avec un argent dont il n’a pas le premier euro. On jongle avec les milliards comme au Monopoly. D’où le gouvernement tire-t-il tout cet argent pour donner des primes aux autres, pour créer des contributions sociales supplémentaires ? J’ai trouvé assez intéressant que dans la plupart des cas le gouvernement annonce que ce sera pour l’année prochaine… Cela veut dire que ce n’est pas nous qui paierons. Ce seront les suivants… du clientélisme mais un peu d’incivique. Quand on tire des traites, il faut les acquitter soi-même. Le Président de la République et le gouvernement ne savent plus où ils habitent, parce qu’on voit venir l’inéluctable de la défaite et de l’échec. Cette absence de ligne avec ce caractère incivique qui consiste à distribuer de l’argent que l’on n’a pas est très inquiétant pour l’état du pays. 

Mouvement «nuits debout» On voit très bien qu’il y a dans une partie de la société française une demande d’idéal et de radicalité, une demande de « on ne peut plus se laisser arrêter par le réel ».

Cela fait-il référence aussi bien au djihad qu’à « nuits debout » ? C’est tout cela. Il y a une partie de la société française qui est dans une remise en cause à la fois désespérée de la situation et jubilatoire. Nous sommes un pays, une famille dans une maison qui s’appelle la France et qu’est ce que l’on va faire de la maison ? Si l’on pense qu’il faut que tout progresse comment faire progresser ? Ce que ces mouvements disent, c’est « nous refusons de proposer des solutions ». 

Donc c’est l’anarchie ? Sauf la langue des signes, sûrement intéressant mais tout de même pas à la hauteur de la situation. Il y a quelque chose qui est d’un grand désordre semé dans les esprits.

Faut-il concrètement évacuer la place de la République ? En tout cas il ne faut pas accepter les violences.

L’état d’urgence prolongé de deux mois pas Manuel Valls ? C’était inéluctable. J’aurais préféré quant à moi qu’on inscrive cela dans la Constitution pour qu’on ait des recours faciles et naturels, cela n’a pas été possible de la part des uns, ni voulu de la part des autres. Avec cela on est bien barré comme dirait les plus jeunes.

Journée du hijab à Sciences Po Paris : épiphénomène ? marginal ? très symbolique ?

J’espère que c’est marginal mais j’ai envie de dire quelque chose. Franchement, il faut dire que l’on en a assez des provocateurs, de ceux qui font profession de faire flamber tous les bûchers et de souffler sur toutes les braises. Cela ne peut avoir qu’un effet, c’est renforcer le ressentiment d’une partie de la population contre les femmes musulmanes qu’ils proposent de protéger. Il y a la crainte d’une partie importante de nos concitoyens que nous allons être d’une certaine manière envahis par ces pratiques, que cela va se répandre et beaucoup de Français sont, je crois, tolérants au fond d’eux-mêmes mais ils n’ont pas envie que se répandent dans la société française des attitudes de cet ordre. O n vient leur expliquer qu’à Sciences po Paris, ce sera porté par toutes les jeunes filles et que cela va être un acte militant. Il faut faire reculer la provocation et que des gens à peu près censés prennent les choses en main et traitent ces sujets avec l’équilibre nécessaire. Dans la vie politique du pays aujourd’hui on a l’impression que c’est le déséquilibre qui triomphe. Une espèce de déstabilisation générale et contre laquelle on ne pourrait rien.

la campagne présidentielle a démarré, F Hollande a fait une longue émission… Avec beaucoup de succès …

La Une de l’Express est très claire : «Renoncez», en photo, F Hollande et N Sarkozy. faut-il une nouvelle génération pour incarner l’offre politique de 2017 ? La succession des générations est un phénomène naturel. Encore faut-il que les nouvelles aient la stature pour s’imposer. Personne ne s’étonne que Nadal gagne encore des tournois, 50ème ou 100ème de sa carrière. Les citoyens savent très bien faire la différence entre les modes et des gens qui ont du poids. Ils ont besoin de gens responsables, pas de gens qui prennent tout au tragique. Ils ont besoin de gens qui soient entraînants, sachent où ils vont et sachent parler au pays de son âme, de ce qu’on peut faire et partager ensemble. C’est la ligne qu’il sera nécessaire de suivre dans les années qui viennent. birds

Pour lire la totalité de l’entretien cliquez ici : http://www.mouvementdemocrate.fr/article/n-a-488

* «bandes dessinées créées sur le site BirdsDessines.fr et publiées avec l’autorisation de son éditeur qui ne peut être tenu responsable des propos tenus dans les phylactères.»

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
 

Les commentaires sont fermés pour cet article !