RSS Facebook Twitter
Europe 2
 

Actualités Démocrates de France du 13 mars 2016.

SE MONTRER À LA HAUTEUR !

f&dé 5Interview du 10 mars 2016.

Le dossier des réfugiés est-il en train de fracturer l’Europe ?

La question des réfugiés est un défi immense lancé à l’Union européenne depuis des mois. Les chefs d’État et degouvernement ont été dans l’incapacité d’anticiper ce qui était absolument prévisible. Le conflit syrien est dans sa sixième année. Cette déstabilisation se produit aux portes de l’UE. Elle est donc en première ligne. Il aurait fallu une anticipation qui n’a pas eu lieu, qui aurait nécessité du courage, de la détermination et de la volonté de la part des dirigeants européens. On ne peut que regretter le temps perdu.

Quelle réponse faut-il apporter à cette crise ?

Il faut d’abord apporter une réponse en Syrie. De ce point de vue, le cessez-le-feu, même provisoire et fragile, est une bonne chose. Il faut que l’Europe pèse bien davantage pour pousser à une solution politique. Sans cela, il n’y aura pas deperspective d’avenir pour la Syrie, et surtout pour les Syriens. Il faut asseoir autour de la table l’ensemble des acteurs. Les acteurs mondiaux (États-Unis, Russie, Union européenne) mais aussi les acteurs régionaux (Arabie saoudite, Turquie et Iran) et trouver une issue politique qui préserve les intérêts vitaux de chacune de ces puissances.

La France doit-elle accueillir plus des 30.000 réfugiés envisagés à ce jour ?

La France doit faire davantage. Pour l’instant, elle est très loin de tenir ses engagements. Elle n’est pas aujourd’hui à la hauteur des enjeux politiques et humanitaires. Le monde, l’Europe, la France, chacun doit faire preuve de solidarité, et prendre sa part dans l’accueil des réfugiés syriens.

Quel jugement portez-vous sur l’attitude réciproque d’Angela Merckel et de François Hollande dans cette crise ?

Pour avancer, l’Europe a besoin du moteur franco allemand. Mais pour que ce moteur fonctionne, il faut être deux ! Sur le dossier des réfugiés, Angela Merkel exerce, contrairement à François Hollande, un vrai leadership qu’il faut respecter. Cela dit, je considère que les chefs d’État et de gouvernement auraient tort de déléguer la gestion de nos frontières, et de notre droit d’asile à la Turquie, qui plus est en lui promettant une adhésion qui irait à l’encontre de l’Europe intégrée et politique que nous voulons.

Faut-il tout céder à David Cameron pour éviter le Brexit ?

On a déjà cédé beaucoup au Royaume-Uni, et ce depuis des décennies ! Il a bénéficié de nombreuses dérogations sur d’importantes politiques européennes. Et la négociation avec David Cameron, ce « petit arrangement entre amis », a ouvert une boîte de Pandore, dans laquelle nombre d’États membres risquent de s’engouffrer demain. Je serais heureuse que le Royaume-Uni reste dans l’Union, mais aux conditions politiques de l’Union européenne, pas pour en abaisser l’ambition. Ce que je crois, c’est que les Britanniques choisiront de rester dans l’Union si les dirigeants européens ne cèdent rien sur le fond de ce qui nous rassemble, prennent les bonnes décisions, et se montrent enfin à la hauteur des défis majeurs qui sont devant nous.

Marielle

 

C’est aux Européens eux-mêmes d’assurer le contrôle et la garantie de leurs frontières!

 

 

France 2 

Les 4 Vérités 11 mars 2016

 

 

La Turquie va se voir confier une mission très importante : c’est elle qui va filtrer les réfugiés qui veulent venir en Europe.

Je pense qu’évidemment c’est utile de parler avec la Turquie : c’est un partenaire, c’est chez elles dans ce grand pays que sont nombre de réfugiés syriens aujourd’hui. Et en même temps, je ne suis pas pour lui déléguer notre souveraineté, je ne suis pas pour lui déléguer la surveillance et le contrôle de nos frontières. C’est aux Européens eux-mêmes d’assurer le contrôle et la garantie de leurs frontières. Je trouve qu’il y a dans ce conseil européen de début de semaine quelque chose qui n’est pas très sain et qui ne va pas dans le bon sens.

Est-ce que vous avez le sentiment finalement que cette crise des migrants est en train de démontrer que l’Europe est incapable de gérer des grandes crises ?

C‘est un défi absolument majeur, c’est une crise des réfugiés d’ailleurs avant d’être une crise des migrants. La question c’est la déstabilisation de la Syrie à nos portes. Il y a eu un manque d’anticipation flagrant des dirigeants européens. On rentre dans la sixième année de la guerre en Syrie. On a depuis plusieurs années des millions de Syriens qui ont quitté leur pays. Est-ce que l’Europe – pas seulement d’ailleurs – doit prendre sa part et accueillir ces réfugiés syriens, la réponse est oui ! Elle doit en accueillir une partie importante et conséquente. Pas l’Europe seule ! D’autres pays dans le monde devraient aussi le faire. Mais après il faut des frontières gardées, il faut pouvoir que repartent les migrants économiques qui ne sont pas demandeurs d’asile et tout cela il faut le gérer. Il faut enfin – c’est la chose la plus importante – demander à la Turquie de faire cesser ces trafics criminels de passeurs ! J’étais à Lesbos il y a à peine trois semaines. On voit les réfugiés arriver, car il n’y a pas de voie légale pour les réfugiés syriens qui quittent leur pays pour rentrer aujourd’hui dans l’Union européenne et demander l’asile. Et on voit ces criminels qui font payer 4.000€ à un adulte, 1.000€ à un enfant, qui font moitié prix quand il y a la tempête et que le risque de mort est plus important encore… Moi je demande que la Turquie fasse cesser ces trafics, ils en ont les moyens, ils peuvent le faire pourvu qu’ils le décident.

La France a annoncé qu’elle accueillerait 30.000 réfugiés.

C‘est un chiffre réaliste mais elle ne le fait absolument pas, elle en est extrêmement loin, c’est cela la vérité. Est-ce que c’est parce que les réfugiés syriens ne regardent pas vers la France ? En tout cas, on ne sent pas une volonté politique de la France de prendre sa part de responsabilité vraiment.

Pour suivre l’intégralité de l’émission

:http://www.mouvementdemocrate.fr/article/cest-aux-europeens-eux-memes-dassurer-le-controle-et-la-garantie-de-leurs-frontieres 

 

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
 

Les commentaires sont fermés pour cet article !