RSS Facebook Twitter
courbe
 

Actualités Démocrates d’Europe du 29 juin 2015.

GREXIT :

MARIELLE DE SARNEZ ,  «NON À L’OPACITÉ !»

«On ne peut PAS laisser faire cela ! Que les uns et les autres (Grecs et créanciers) refassent un effort.

Le Parlement Européen ayant été dessaisi de cette discussion, nous sommes dans l’opacité totale dans les discussions : on ne sait pas sur quoi ils se sont mis d’accord et sur quoi ils ne sont pas d’accord.

itélé 

  Matinale du 28 juin 2015 Extraits :

 

 Il faut que les documents soient mis sur la table pour savoir ce que les Grecs proposent.  

 Reprenons les discussions et faisons-le sans arrière-pensée.

* La France est totalement impuissante si elle ne porte pas avec d’autres pays

* L’Europe est incapable d’avoir une réaction politique lorsque surviennent les problèmes.

François Hollande et Angela Merkel NE DOIVENT PAS LAISSER FAIRE CELA ! !

On doit la solidarité aux Grecs qui paient 30 ans de non-réformes».

Pour retrouver la totalité de l’interview :

http://www.itele.fr/chroniques/invite-claude-askolovitch/linvite-de-claude-askolovitch-du-28062015-129484

 

Sylvie GoulardPour aller plus loin : Sylvie Goulard   Députée Européenne MODEM

Le Parlement européen doit aborder la question et la mettre dans une perspective européenne.

Le gouvernement grec a été élu démocratiquement. Il est légitime pour demander le changement, une Europe réformée et une Grèce réformée.

Mais les gouvernements des autres États membres ont aussi été élus démocratiquement et peuvent légitimement exprimer des vues différentes. Lorsqu’un État membre a décidé librement d’adopter l’euro, il accepte également de partager une partie de sa souveraineté. Dans la zone euro, le jeu est collectif entre les 19 États membres. La banque centrale, unique, doit défendre l’intérêt général et respecter les règles acceptées en commun. Il est impossible de bénéficier des avantages de l’unité sans en accepter les contraintes.

Les discussions concernant la Grèce traînent en longueur. Les négociateurs ne rendent de compte à personne au niveau européen (accountability) ni sur le contenu  ni sur les résultats de ces discussions.

Dès lors, le Parlement européen devrait inviter les acteurs clés, le gouvernement grec tout comme les autorités européennes impliquées, à une réunion publique. Cela permettrait à toutes les parties impliquées d’expliquer publiquement leurs positions et présenter leurs  propositions pour des solutions de compromis.

Le Parlement européen est, en Europe, l’enceinte de la démocratie où l’ensemble des familles politiques sont représentées. C’est un cadre approprié pour mener le dialogue et forger des compromis.

À la suite de cet échange public, la plénière du Parlement européen devrait adopter une résolution.
Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
 

Les commentaires sont fermés pour cet article !