RSS Facebook Twitter
rocheort
 

Édito du 16 novembre 2014.

L’urgence des temps, exige que nous sortions de l’affrontement droite/gauche pour reconstruire le pays.

Interrogé par Patrick Chêne, le 3 novembre sur LCP, voici les arguments développés par Robert Rochefort , qui résument le point de vue du Mouvement Démocrate sur les perspectives à venir d’ici à 2017 :

Attendez-vous quelque chose du Président de la République ?

L’opération est sans issue. Le Président de la République est coincé, je ne pense pas qu’il s’en sortira. Je le regrette pour la France : notre pays est légitimement inquiet et honnêtement, je pense que c’est trop tard pour le Président François Hollande.

François Bayrou réclame une dissolution ?

Ce que dit François Bayrou c’est que, étant donné que le Président n’a plus de majorité, ou une majorité arithmétique qui est à chaque fois obtenue in extremis, il ne voit pas quelle autre issue serait possible, ce qui est très différent de souhaiter une dissolution, comme cela semble être le cas de Marine Le Pen. La vraie question se pose plutôt sur les conséquences d’une telle dissolution : «Si cela revient à donner tous les pouvoirs à l’UMP, qui cherchera à faire une cohérence artificielle, malheureusement ça ne permettra pas au pays de sortir de ses difficultés. Ce qu’il faut espérer, c’est qu’il y ait une hypothèse politique beaucoup plus large, qui associe le Centre et prépare une recomposition politique». 

Le rassemblement au-delà des frontières partisanes est la condition sine qua non pour avoir une vraie capacité d’agir au service de tous les Français : 

Ce qu’il faut espérer, si une dissolution devait se produire, c’est qu’il y ait dans la logique de cette alternance non prévue, une hypothèse politique beaucoup plus large, quelque chose qui associe dans un premier temps le centre et qui ensuite prépare une recomposition politique beaucoup plus étendue. Vous voyez bien que les difficultés du pays sont extrêmement vives, et l’on ne pourra pas s’en sortir si à chaque fois le camp se retrouvant dans l’opposition se met à dire que tout ce que fait la majorité est nul et non a venu.

La question n’est pas de construire une alliance politique, les Français comprennent que ce sont des histoires d’arrière boutique qui ne les intéressent pas et ne règlent pas leurs problèmes. L’essentiel est de construire une majorité d’idées et de se mettre d’accord sur quatre ou cinq sujets. Il sera fondamental de réformer le fonctionnement politique pour réellement reconstruire le pays. Il faut réduire le nombre de parlementaires pour qu’ils aient une vraie action et non pas une action fictive. Le non cumul des mandats doit s’appliquer vite.

La réforme territoriale actuelle est en réalité une fausse réforme qui consiste simplement à changer le périmètre des régions, il faudrait réduire la verticalité des différentes collectivités territoriales.

Instauration de la proportionnelle ?

Je suis favorable à un système à l’allemande qui permette à la fois que se dégage une majorité – parce qu’il ne faut pas avoir un pays ingouvernable – et en même temps permette aux minorités de s’exprimer et d’étendre leurs chances.

La présence de députés du Front national permettrait aux Français de mieux voir l’impasse qu’ils proposent (dont au passage il faut signaler l’absence de travail parlementaire au sein du Parlement européen). Le Mouvement Démocrate n’est pas en opposition avec ce que disent un certain nombre de socialistes raisonnables, mais ces socialistes raisonnables sont encore avec le boulet qui les lie aux frondeurs, à la majorité du PS et ils se retrouvent ainsi dans l’incapacité de faire avancer leurs idées.

  

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
 

Les commentaires sont fermés pour cet article !