RSS Facebook Twitter
Bayrou Juppé
 

Actualités Démocrates de France du 27 octobre 2014.

CE QUI SE CONÇOIT BIEN,  S’ÉNONCE CLAIREMENT !

C’est très simple : j’apporte mon soutien à Alain Juppé,pas seulement parce que j’ai de l’amitié pour lui ni parce que j’ai de l’estime pour son attitude, mais parce qu’il me semble aujourd’hui qu’il peut apporter à la France quelque chose à la fois du point de vue du cap et du point de vue de l’ambiance de réconciliation dont nous avons besoin. Donc, si Alain Juppé arrive au bout de son entreprise, je l’ai dit : je suis prêt à l’aider.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     Du 16 octobre  DÉMENTI À LA DÉPÊCHE DU NOUVEL OBS…

 

Dans des propos rapportés par Le Nouvel Observateur, vous auriez dit que Nicolas Sarkozy battra Alain Juppé lors des primaires et que dans ce cas-là, vous seriez vous-même candidat à l’élection présidentielle de 2017

 Tout cela est faux et j’imagine que vous avez lu le rectificatif que j’ai donné à l’AFP. D’ailleurs je dois dire que l’article du Nouvel Observateur est plus juste que la dépêche qui en rendait compte. C’est très simple : j’apporte mon soutien à Alain Juppé, pas seulement parce que j’ai de l’amitié pour lui ni parce que j’ai de l’estime pour son attitude, mais parce qu’il me semble aujourd’hui qu’il peut apporter à la France quelque chose à la fois du point de vue du cap et du point de vue de l’ambiance de réconciliation dont nous avons besoin. Et donc, si Alain Juppé arrive au bout de son entreprise, bien entendu je l’ai dit :  je suis prêt à l’aider.      

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                   

 Tirs Croisés du 22 octobre : Il est impossible de mettre des rustines sur quelque chose d’aussi délabré que le Parti Socialiste aujourd’hui.

Et si je lis entre les lignes l’interview de Manuel Valls, il dit que le Parti socialiste est fini. Au point où le Parti Socialiste en est, ce n’est plus l’onction qui est adaptée mais l’extrême-onction…Je crois que Monsieur Cambadélis refuse d’assumer l’état de décomposition interne où le Parti Socialiste se trouve.

On voit la proposition de M. Valls de créer un nouveau grand parti à gauche. Il y a aussi la même tentation à droite avec la tentative de N . Sarkozy de fédérer le centre à l’UMP ou à la future UMP puisqu’il en brigue la présidence.

Ce dont nous avons besoin, c’est de dépasser les vieux partis et de faire en sorte qu’une volonté politique crée autour d’elle un rassemblement de gens de bonne volonté.

Si Alain Juppé n’arrive pas à emporter la primaire en 2016 à droite et que Nicolas Sarkozy est désigné, est-ce que vous serez candidat ?

Nous ne sommes pas dans les hypothèses, le souci est que l’on se trouve dans une situation où aucun des citoyens, femmes et hommes de ce pays, ne retrouve un espoir crédible.

Nous avons besoin d’une vision nouvelle. On dépense 30 milliards pour la formation professionnelle, il y a tellement de chômeurs et pas un – ou presque pas un – qui reçoive la formation professionnelle. C’est cela l’attente immense des Français à l’égard des hommes politiques qui s’occupent trop de leurs propres histoires». 

 

                                                                                                                 23  OCTOBRE 2014

 IL EST EXCLU QUE LE CENTRE SERVE DE BOUÉE DE SAUVETAGE.  

Le Premier ministre dit regretter que votre main tendue en 2012 n’ait pas été saisie par son camp. Et vous ?Si François Hollande avait pris une orientation différente, décidant de dire tout de suite la vérité au pays, d’abandonner la partie démagogique de son projet, de changer la pratique institutionnelle, de rechercher une forme d’union nationale, la trajectoire du pays en aurait été profondément changée. Cela aurait été un choix historique, et il a préféré un choix banalement politique. Ce qui est fait est fait. La chance qui aurait pu être ouverte a été manquée. Il est exclu que le centre serve aujourd’hui de bouée de sauvetage.

Que feriez-vous en cas de dissolution ?Nous serions présents avec un projet pour la France. Et vous-même ? Je n’ambitionne pas de redevenir parlementaire. Un maire de grande ville a la chance de pouvoir explorer des chemins nouveaux.

Au vu des scores électoraux du Front national, n’est-il pas dangereux de souhaiter, comme vous, une dissolution ?Je ne partage pas la catalepsie dans laquelle le monde politique est plongé à la vue de Marine Le Pen. Cette attitude du lapin pris dans les phares de la voiture n’est pas la mienne. Je n’ai pas peur du Front national, je suis en confrontation radicale avec les choix qu’il propose et qui nous conduiraient au gouffre. Et donc je me bats et me battrai. 

 

 

LE PS MÉRITE D’ÊTRE SANCTIONNÉ POUR LE NOMBRE D’ERREURS QU’IL A FAITES POUR LA FRANCE

 ÉMISSION « Le Grand Rendez Vous» du dimanche 26 octobre        

http://www.dailymotion.com/video/x28noe5  

 

 

PROCHAINS RENDEZ-VOUS SUR LES ONDES 

 

 La matinale    29/10/14 à 08h20  

 

  Le Grand Journal     29/10/14 à 19h05    

 

 

  

   C Politique    02/11/14 à 18h00   

                                                                                                                  

 

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
 

Les commentaires sont fermés pour cet article !