RSS Facebook Twitter
Bayrou
 

Actualités Démocrates de France du 11 octobre 2014.

  MASSACRE A KOBANÉ   ET NOUS……

Devant les événements dramatiques qui endeuillent les Arméniens, Assyro-Chaldéens, Syriaques, Yézidis et Kurdes, depuis maintenant plusieurs années, en Syrie et plus récemment en Irak, la communauté arménienne de France s’est rassemblée mardi 7 octobre devant l’Assemblée nationale pour crier son indignation à l’appel du Conseil de Coordination des Organisations Arméniennes de France (CCAF), rejoint par le Conseil démocratique kurde de France qui a entraîné dans son sillage des centaines de kurdes yézidis et assyro-chaldéens, pour dire stop à la barbarie de l’État islamique et dénoncer «l’ inaction de la communauté internationale» face à la situation dramatique qui prévaut à Kobané.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                              

De nombreuses personnalités de la classe politique et du monde associatif se sont donc succédées à la tribune.

Extraits du Reportage Jean Eckian

Parmi les personnalités présentes François Bayrou (MoDem), Henri Jibrayel (PS) -d’origine Assyro-chaldéene- François Pupponi (PS) et François Rochebloine (UDI).

 

100 ans après le génocide de 1915 qui a frappé de plein fouet les Arméniens, Assyro-Chaldéens, Syriaques et Grecs (1916-1923), autant dire tous les chrétiens de Turquie, l’histoire se répète en Irak et en Syrie sous les hordes sanguinaires de l’État Islamique sunnite. Après Mossoul, Alep, Kessab, Kobané, et la destruction du mémorial des Saints-Martyrs à Deir-ez-Zor, stade criminel suprême du génocide des Arméniens, la folie meurtrière de l’EI soulève de par le monde colère et indignation. C’est ce que sont venus dire les élus de la République aux communautés diasporiques de France manifestant leur colère, alors qu’au même moment la police turque chargeait la communauté kurde à Dyarbakir faisant 18 morts, tandis qu’Erdogan se disait soi-disant favorable à la création d’une zone tampon entre la Syrie et la Turquie au cours d’un entretien téléphonique avec le président Hollande.

Les orateurs qui se sont succédés à la tribune : Harout Mardirossian (CDCA), Mourad Papazian. co-Président du CCAF, Valérie Boyer (UMP), Gil Taïeb (représentant du Crif), Bruno Le Roux (président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale), le représentant de la Fédération des associations Kurdes de France (Feyka), Meyer Habib (UDI), Nicolas Bonnet (Groupe communiste – Front de gauche), Noël Mamère (Les Verts), Patrick Le Hyaric (député européen de la gauche), Loris Toufanian (jeunesse arménienne Nor Seround), Harout Mardirossian, Etienne Allais (SOS Racisme), Daniel Auguste (Comité de soutien aux chrétiens d’Irak), Émile Chamine (yézidis de France), (porte-parole de la Fédération des kurdes de France)

Pour les Assyro-Chaldéens, le président Bruno Yacan, citant Mgr Joseph Thomas, archevêque chaldéen de Kirkouk, dira : «Le cauchemar de 1915 se répète presque 100 ans après. C’est dans l’indifférence de la communauté internationale, incapable d’entraver l’avancée de ces assassins assoiffés de sang, sous le regard coupable et complice de l’État turc que l’État islamique auto-proclamé continue de gagner chaque jour du terrain, provoquant la disparition de civilisations plurimillénaires de populations autochtones.» Bruno Yacan a terminé son discours en informant l’assemblée qu’un franciscain et plusieurs fidèles venaient d’être enlevés par les djihadistes.

Avant de clore ce rassemblement ayant réuni pour la première fois les communautés Arméniennes, Assyro-chaldéenne, Kurdes et Yézidis, la parole est revenue à Berivan Akyol qui a rappelé que les kurdes sont mobilisés en Europe depuis 20 jours, pratiquement 24h sur 24 pour attirer l’attention sur la situation de Kobané, sur l’invasion de Daesh. Elle a dénoncé l’inaction internationale sourde à l’appel à l’aide. Que les armes envoyées à l’armée libre de la Syrie par la France et autres pays sont finalement tombées aux mains des massacreurs qui déciment les Arméniens, Syriens, Kurdes et Chaldéens «qui vivent ensemble depuis des siècles». Stigmatisant la Turquie elle assénera que ce pays «est l’ennemi juré du peuple Kurde, l’ennemi juré du peuple Arménien», ajoutant que la Turquie, État fasciste, attend «que Kobané tombe avant de soit-disant intervenir.» Dans son discours enflammé, Merivan Akyol, a appelé à nouveau de ses vœux l’aide humanitaire pour les civils, à l’envoi d’armes aux combattants kurdes contre l’invasion des terres irakiennes et syriennes. «C’est tout ce que nous demandons, c’est tout ce que nous demandons !» a-t-elle exigé dans un cri pour finir.

Après les diverses prises de paroles, Ara Toranian, co-président du CCAF : «Nous les Kurdes, nous les Arméniens, nous les Assyro-chaldéens, nous les Syriaques et les minorités de cette région qui avons tant souffert au cours des siècles du fachisme, de l’intransigeance, de l’intolérance, en particulier de celle de la Turquie et d’Ankara…. Oui c’est avec beaucoup d’émotion chers amis que je me retrouve ce soir dans une tranchée qu’on a connue dans notre histoire il n’y a pas si longtemps entre arméniens et kurdes, entre arméniens et même avec le PKK, qui est à tort considéré comme une organisation terroriste. Et nous demandons ce soir solennellement que ce qualificatif infamant soit levé au plus vite. Parce qu’aujourd’hui ce sont ceux qu’on qualifie de terroristes qui mènent la résistance contre le fascisme turc. Ils sont le dernier rempart de la liberté et de la civilisation face au Daesh et face au fascisme !»

SÉNAT : Jacqueline GOURAULT plébiscitée vice-présidente                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                        8 OCTOBRE : Le bureau du Sénat a été constitué en séance plénière par acclamation, sous la présidence de Gérard Larcher.

Pour rappel : Le président, 8 vice-présidents, 3 questeurs et 14 secrétaires forment le bureau, organe directeur du Sénat. Tous les groupes politiques y sont obligatoirement représentés. Le règlement du Sénat lui reconnaît de larges compétences dans son fonctionnement interne.

 

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
 

Les commentaires sont fermés pour cet article !