RSS Facebook Twitter
rêve générale
 

ILS ONT TUÉ LA FÉE CLOCHETTE ! … MAIS J’IRAI QUAND MÊME VOTER DIMANCHE.

J’irai voter ce 25 mai. Des gens très sérieux, qui ne savent pas identifier un boa ayant mangé un éléphant, m’ont aligné tout un tas d’arguments raisonnables.

Tout le monde les connaît aujourd’hui, nul besoin de les répéter ici. Je rends les armes et me range à leur religion, je voterai donc, et bien, je l’espère.
J’insiste néanmoins pour faire entendre une petite voix, peut-être un peu dissonante, non par contradiction, je m’en garderais bien, mais par différence d’approche : on a oublié le rêve. 

Il est loin le temps où, un John Fitzgerald Kennedy promettait la lune à son peuple, où un Martin Luther King lançait «I have a dream, I have a dream» ! Mais après tout, un certain
Charles de Gaulle n’a-t-il pas aussi, entre autres formules célèbres, parlé d’une «Europe, de l’Atlantique à l’Oural» ?

Alors, j’irai voter en pensant à Michel Strogoff, parcourant les steppes des confins de l’Europe et de l’Orient, à ces navigateurs découvreurs de mondes, pour lesquels «les vents alizés inclinaient
leurs antennes, aux bords mystérieux du monde occidental», au Vénitien Marco Polo, conseiller de l’empereur de Chine, mais aussi à Dom Quichotte, chargeant ses moulins, aux «boys scouts» de Baden Powell, à Alexandre le Grand, bâtisseur d’empires, au célèbre «a-t-on des nouvelles de Monsieur de la Pérouse» ? Tant de personnalités qui mériteraient bien plus de figurer sur nos billets de banque que ces improbables portes sorties d’on ne sait où !

Mais c’est totalement irrationnel, dira-t-on ! C’est fou ! Oui, dans ce monde où deux et deux font désespérément toujours quatre et où la « thune » est la valeur fondamentale, c’est complètement décalé.
On a tué Peter Pan et la Fée Clochette. 

Seulement, voilà : non seulement je veux encore rêver, mais en outre, j’invite les autres dans mon monde irénique, rien qu’un instant de folie, de temps en temps, pour motiver la vie. La raison est monocorde et grise : le saviez-vous ? Le rêve est sa gamme, sa couleur, son arc en ciel.

Laissons donc à nôtre vote, à nôtre voix, leur indispensable part du rêve EUROPÉEN. 

 

  Jacques ISNARD

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
 

Les commentaires sont fermés pour cet article !